Macky Sall revient sur le coût réel du TER

Macky Sall revient sur le coût réel du TER : « Il n’y a eu qu’un seul avenant sur le marché initial de 568 milliards F CFA »

Dans un exercice de communication qui a suivi son adresse à la Nation, Macky Sall a rencontré au Palais, certains journalistes. Répondant à une question de Khalifa Diakhaté du groupe e media Invest, le Chef de l’Etat est revenu, dans le détail, sur le coût réel du Train Express Régional qui a longtemps alimenté la polémique.

« Le coût initial du marché était de 568 milliards F CFA. Mais, au début, on estimait qu’il n’y avait que sept kilomètres de sol impraticable, vers Diamniadio, où il y a un sol argileux. Or, quand nous avons fait les sondages, nous nous sommes rendus compte qu’il s’agissait de 17 kilomètres en réalité. Ce qui a fait qu’on ne pouvait plus rester sur l’offre initiale. Après plusieurs réunions difficiles, j’ai dû faire un arbitrage. Nous étions donc obligés de faire un avenant qui n’était que de 15% au total du u marché, soit autour de 88 milliards F CFA. Je vous signale que pour l’AIBD (Aéroport international Blaise Diagne), quand j’arrivais au pouvoir, j’avais trouvé des avenants qui avaient atteint la limite autorisée, avec 33% et nous avions terminé le chantier sans rajouter le moindre avenant. Ce sont donc les 15% qui nous ont permis de poursuivre le chantier du TER dont les lignes électriques ont été réalisées. L’autre avenant qu’il y a eu concerne les impactés. Au départ, nous avions prévu une enveloppe de 15 milliards F CFA mais au finish, nous avons dû pousser le montant à 50 milliards F CFA mis à la disposition des Sénégalais qui étaient entre Dakar, Pikine, Rufisque et Bargny, sur le tracé du TER. Parce que j’ai dit à mes collaborateurs que le TER ne devrait pas causer de difficultés aux citoyens. Le prix du TER est donc ainsi composé des 568 milliards F CFA, plus les 88 milliards F CFA de l’avenant plus les 50 milliards F CFA pour les impactés (soit un total de 706 milliards F CFA. C’est uniquement cela. Rien de plus. Ça, c’est pour l’option tranche ferme. Maintenant, il reste l’option tranche conditionnelle (17 kilomètres). Mais pour ça, il ne restera pas beaucoup à faire puisqu’il n’y a pas d’habitations dans la zone concernée (Diamniadio – AIBD), en plus le sol est de qualité, contrairement à l’axe de Diamniadio – Dakar. 

emedia.sn

« Grand Entretien » Macky recadre cheikh Yerim Seck et révèle

« Grand Entretien » – Macky recadre cheikh Yerim Seck et révèle : « Thierno Alassane Sall a été limogé »

Le grand débat entre le président de la République et les journalistes sénégalais est houleux. Face à la question de l’administrateur de Yerim Post, sur la démission ou non de l’ancien ministre de de l’Energie, Thierno Alassane Sall à cause de l’octroi du contrat de l’exploitation du pétrole et du gaz à Total, le chef de l’Etat s’énerve et lâche ceci : «il n’a pas démissionné, il a été limogé».

«Le débat doit être saint et serein. Il faut arrêter de dire qu’on est là pour les Français. On ne doit pas se baser sur des sentiments ou sur des débats infondés. Il faut se demander si Total mérite qu’on lui octroie notre pétrole ou non», répond le chef de l’Etat.

Très en verve, Macky Sall poursuit : «Je ne suis pas là pour qui que ce soit, je suis le président de la République qui étale son ambition pour le bien des sénégalais. Je ne veux pas entré dans des débats personnel» tout en révélant, sans le cité nommément, que «Thierno Alassane Sall a été limogé, il n’a pas démission».senegal7 avec pressafrik

Me Abdoulaye Wade tacle Macky Sall dans ses vœux de nouvel an

Venant à peine de boucler son message à la Nation , le président de la République a été la cible de son prédécesseur. Me Abdoulaye Wade, dans ses vœux de nouvel an, a fait feu de tout bois sur Macky Sall. Celui-ci ‘’enrage d’exercer une vengeance historique contre tout le monde et contre personne’’, a souligné le président Wade. ‘’Je souhaite que le 24ème jour du mois de février, quel qu’en soit le coût qui eût pu être minimisé, si nous n’avions un dirigeant obstiné qui veut, contre vents et marées, ramer à contresens de la volonté populaire, tourner le dos aux principes ancestraux de liberté, d’honneur et de dignité’’, a dit le secrétaire général national du Pds. Dans ses propos, Me Wade a aussi exprimé ses vœux aux populations. ‘’Des tout-petits aux anciens, à travers tous les âges, vous qui m’entendez, touristes de quelques jours ou par choix délibéré de vivre parmi nous, devenus des compatriotes sur la longue route d’un destin commun ; à vous, étrangers, à qui notre Sénégal apporte hospitalité, paix et sécurité. (…). Que donc ce mois de février 2019 soit un pont radieux, ouvert sur un avenir de prospérité et de fraternité d’un peuple combattant qui ignore la misère et la famine, un peuple qui chante : ‘’travailler, beaucoup travailler, encore travailler, toujours travailler !’’Par notre jeunesse forgée de courage et d’abnégation, soyons un peuple fier et digne qui avance sereinement sur le chemin de la Liberté’’