( 29 Photos ) La Face cachée de Marie Paula Silva, sœur de Tony Sylva Épouse d’un fils riche Président africain, « Je ne savais pas que c’était le fils de…

( 29 Photos ) La Face cachée de Marie Paula Silva, sœur de Tony Sylva Épouse d’un fils riche Président africain
La sœur de Tony Sylva est mariée au fils d’un riche Président africain
Une prestigieuse supportrice a assisté, ce jeudi à Malabo, à l’entraînement des Lions en vue de leur match contre le Nzalang nacional, l’équipe de la Guinée équatoriale, samedi à Bata (5e journée Can-2019). Il s’agissait de la belle-fille du Président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema.
Il se trouve que la jeune dame (27 ans) est la sœur de Tony Sylva, l’ancien gardien de la Tanière et aujourd’hui préparateur de ses successeurs dans le staff d’Aliou Cissé.
Elle s’appelle Marie Paula Sylva. Ancienne miss Sénégal-Espagne. Épouse de Ruslan Obiang, fils aîné du Président de la Guinée équatoriale, ancien secrétaire aux Sports, directeur commercial de la compagnie aérienne Ceiba intercontinental et président de The Panthers, l’un des plus importants clubs de foot du pays.
« On s’est connus naturellement »
Marie Paula Sylva est née au Sénégal. Elle est partie très tôt en Espagne, à trois mois. Elle y a fait toutes ses études sauf une parenthèses de deux ans à Notre Dame du Liban. Elle est traducteur-interprète et femme d’affaires. Elle s’est mariée avec « le fils du Président » au mois de juin dernier. Ils sont sortis deux ans avant de se dire oui.
« Je ne savais pas que c’était le fils de…, on s’est connus naturellement, jure la jeune femme dans un entretien avec L’Observateur. Avant je travaillais à l’ambassade du Sénégal en Espagne et on s’est connus lors d’un meeting où j’étais interprète-traducteur. »
« Tony timide »
Parlant de Tony Sylva, Marie Paula Sylva désigne quelqu’un qui « a toujours été réservé, timide et très proche de sa famille et de ses amis ». « Il a toujours adoré le football », souligne la belle-fille du Président équato-guinéen, qui n’a pas oublié l’euphorie qu’avait suscitée le parcours des Lions au Mondial 2002.
Elle rembobine : « J’étais très jeune (elle avait 11 ans), mais je me souviens de beaucoup de choses. Par exemple les Asc de Liberté 6 venaient chez ma tante Anna Sylva, qui nous a éduqués. Tout le monde venait à la maison faire la fête et les voisins y venaient également pour regarder les matches. »

Gamou de Médina Baye : Aziz Ndiaye offre 12 bœufs et plus des barils d’huile

Les actions de solidarité se multiplient à un rythme effréné du côté des musulmans de la Oumah Islamique. Et ce, pour permettre aux fidèles de passer un excellent Gamou. C’est le cas de l’opérateur économique Aziz Ndiaye qui a offert 12 bœufs et des centaines de litres d’huile.
Les actions de solidarité et d’assistance mutuelle sont la chose la mieux partagée par les musulmans en cette veille de la célébration de la naissance du prophète Mohamed (Psl).Et l’opérateur économique Aziz Ndiaye n’a pas été en reste car il a offert à Médina Baye et Léona Niassène une dizaine de bœufs et des centaines de litres d’huile pour assurer la restauration des pèlerins. Il faut dire qu’Aziz est un habitué de ses actions de bienfaisance auprès des foyers religieux. Un geste hautement salué par les Khalifes de Médina Baye, Cheikh Ahmeth Tidjane Ibrahima Niass, et Cheikh Tidjane et Cheikh Tdjane Ouamaima Niass de Léona Niassène.
Assane SEYE-Senegal7

Sokhna M.D trompait son mari Al Kassoum sous leur propre toit

MARI COCU: Al Kassoum  collecte les mails échangés par sa femme Sokhna  avec son amant pour récupérer la garde de leur enfant
Non seulement Sokhna  trompait son mari Al Kassoum  sous leur propre toit, mais il l’a trainée, hier, devant le tribunal correctionnel de Dakar où il répondait des délits d’accès et maintien frauduleux dans un système informatique, de collecte illicite de données à caractère personnel. Ce professeur de l’Ensup, qui risque 1 an de prison assorti de sursis et une amende de 100.000 F, sera édifié sur son sort le 3 janvier prochain.
Al Kassoum vit l’enfer par les temps qui courent. Outre la grande douleur qu’il ressent, il risque 1 an de prison assorti du sursis. Ingénieur en informatique, enseignant à, le sieur Hanne aura du mal à faire confiance à une femme pour le restant de son existence. Trainé au tribunal par son épouse Sokhna, ce pauvre jeune homme a vécu les pires moments de sa vie dans son couple. Car, il s’est trouvé que tout au long de leur compagnonnage, son épouse le trompait avec un autre homme. Une vie de couple pourtant harmonieuse auparavant, selon le prévenu. Hélas, quelque temps après, Sokhna  a changé de comportement envers son époux. Pour justifier cette attitude bizarre, elle a déclaré à sa famille qu’elle se faisait bastonner par son mari. Ainsi, elle a voulu divorcer, contrairement à son compagnon qui comptait recoller les morceaux. En vain. Mais ils ont fini par se séparer.
Il découvre des sms et mails suspects de sa femme, les montre au juge qui lui décerne la garde de l’enfant
Avant de prononcer le divorce, le premier juge a donné la garde de leur enfant à l’épouse. Cette dernière s’est par la suite mariée à son amant. Ce mariage n’étant pas du goût de son ex-mari, ce dernier, ingénieur informatique, a fouillé dans sa boite mail. Al Kassoum a été surpris de constater qu’il se faisait cocufier, que sa femme sortait avec son actuel mari depuis longtemps.
L’effet de surprise désagréable passé, il a collectionné les mails incriminant l’épouse et en a fait un journal. L’utilisant comme son cheval de bataille, le mis en cause les a présentés comme preuves au juge du tribunal départemental. Sur ce, il lui a rendu la garde du bambin qu’il avait octroyée à la mère.
Al Kassoum avoue et assume
Suite à cet acte commis par le prévenu, la dame a, à son tour, saisi la justice d’une plainte pour accès et maintien frauduleux dans un système informatique, collecte illicite de données à caractère personnel. 2 ans après les faits (2016), l’ingénieur, qui a comparu libre hier, devant le juge correctionnel de Dakar, n’a pas cherché à nier. «Oui je reconnais les faits qui me sont reprochés. Un jour, elle est allée réparer son portable chez un garçon dans le quartier. C’est celui-ci qui m’a suggéré de regarder le contenu des messages suspects qui s’y trouvaient. Ce que j’ai fait. Sur les textos, elle échangeait avec un tiers avec qui il envisageait de partir en emmenant mon fils avec eux. Lorsque nous étions mariés, j’ai ouvert une boite mail que nous utilisions tous les deux. Après l’avoir aussi consultée, j’ai vu qu’elle y échangeait avec son amant. Et c’est à partir de ces mails que j’ai confectionné mon propre journal des faits, que j’ai présenté au juge comme preuves», a expliqué Al Kassimou .
Le procureur s’emporte contre le prévenu
Une attitude qui a révulsé le procureur Aly Ciré. «Vous n’aviez aucun droit d’y accéder, même si vous avez ouvert ce compte. Il va falloir que vous compreniez cela. Il ne vous appartient pas de l’ouvrir», a crié le maitre des poursuites en l’absence de la plaignante. Le parquetier de poursuivre : «en l’entendant parler à la barre, il croit qu’il a le droit de lire les mails de son épouse. Et même s’il a ouvert le compte, cela ne lui donne pas le droit d’y accéder», avant de requérir 1 an de prison assorti du sursis avec une amende de 300.000 F.
Me Djiby Diallo, avocat de la défense : «nous sommes tous des hommes»
Avocat de la défense, Me Djiby Diallo s’est emporté contre le procureur. «J’ai eu comme l’impression que le procureur s’est détourné de sa mission. Il ne peut pas y avoir de vol, d’abus de confiance…entre époux, ce sont des questions juridiques. Le procureur vous dit que la femme qui trompe son mari en échangeant de courriels avec son amant doit être protégée. Mais dans quel monde sommes-nous ? Avec une femme qui trompe son mari, comment le procureur peut-il dire que cette action est irrecevable ? Cette dame a été condamnée à plusieurs reprises pour injures publiques et je peux vous produire les décisions. Comprenez-le en vous mettant à sa place ; nous sommes tous des hommes. Il doit être relaxé», a plaidé Me Diallo, qui estime qu’il n’y a pas de données informatiques au sens juridique. Délibéré le 3 janvier 2019.
Fatou D. DIONE
jotaay.net

(07 Photos): les images de la 3e séance d’entrainement des Lions

Les Lions ont effectué leur troisième et dernier galop à Malabo ce jeudi. Le groupe était au complet à part Keita Baldé retenu par l’inter après un mésentente avec la FSF et Ismaila Sarr blessé à la cheville.
Aliou Cissé et ses hommes doivent quitter Malabo pour rejoindre Bata ce vendredi. La rencontre contre la Guinée Equatoriale est prévue samedi à partir de 15h GMT.

« ON NE DÉFEND PAS AÏDA MBACKÉ MAIS… »

L’Association des juristes du Sénégal (AJS) insiste sur le respect de la présomption d’innocence dans l’affaire Aïda Mbacké, la dame qui a brûlé vif son mari aux Maristes.
Amy Sakho, chargée de la communication de l’association, précise : « La position de l’AJS comme dans tous les actes, nous condamnons avec la dernière énergie. Nous ne faisons pas la promotion de la violence. Au contraire, on dénonce et on souhaiterait que toute personne qui commet la violence, se voit appliquer la loi dans toute sa rigueur quelle que soit la personne, que ce soit un homme ou une femme. »
Contactée par Iradio, la juriste insiste : « On ne défend pas Aïda Mbacké mais un principe de droit qui est la présomption d’innocence parce qu’au moment où je vous parle Aïda Mbacké n’est pas encore inculpée. »
Dans cette affaire, rappelle Amy Sakho, il y a deux témoins : Aïda Mbacké et son mari. Et, jusqu’à preuve du contraire, « (Aïda Mbacké) est toujours innocente jusqu’à qu’elle soit condamnée. Donc nous, c’est la présomption d’innocence qu’on n’est en train de défendre. Et là, c’est valable pour tout le monde. »
emedia.sn