Quand Sonko lance une pique à El Hadji Ndiaye: « Lougn messoul guis la def »

Interpellé sur la mise en demeure du CNRA infligée au groupe Dmedia, Ousmane Sonko déplore la situation et rappelle une anecdote qui ne va pas plaire le directeur de la télévision privée de 2stv.

Une bataille médiatique « déloyale »

Le Groupe DMedia de Bougane Guèye Dani reçoit une mise en demeure émanant du CNRA. A priori, l’émission de Pape Alé Niang, avec comme invité Ousmane Sonko serait à l’origine. L’opposant ne dit pas le contraire.

« Je pense que depuis l’annonce de mon invitation sur Sen Tv (plateau 31 décembre, NDLR), la mouvance présidentielle a tout tenté pour empêcher cette émission. Après avoir essayé d’acheter le temps d’antenne ce soir (mardi) qui a été décliné par Bougane, elle a inventé un autre moyen dans les dernières minutes notamment cette sanction venant du CNRA. Son but (Macky Sall) était d’occuper à lui seul le débat sur l’espace public aujourd’hui », a d’emblée précisé le leader de Pastef, qui « logiquement établit une corrélation entre la sanction et l’invitation ».

Des piques au patron de la 2stv

« Ce n’est pas du tout normal. Je pense que la pluralité médiatique fait partie intégrante du charme de la démocratie. Lorsqu’il était opposant (Macky Sall), il n’avait pas eu ce même traitement. Il a été invité en 2012 par Pape Alé Niang sur la 2stv. Sur ce même plateau, j’y étais aussi invité le 31 décembre dernier mais je pense que ça n’a pas plu au directeur de la télévision (El Hadji Ndiaye, NDLR), qui a même rejoint le plateau. Une situation jamais connue dans le paysage médiatique », déplore Ousmane Sonko avec le sourire.

D »ailleurs, cela avait même occasionné la démission de Pape Alé Niang de la 2Stv car, n’étant plus en bon terme avec El hadj Ndiaye le directeur de cette chaîne télévisée.

L’article Quand Sonko lance une pique à El Hadji Ndiaye: « Lougn messoul guis la def » est apparu en premier sur Dakarbuzz.

Macky Sall : « pourquoi il y a beaucoup d’accidents »

Les nombreux accidents notés en 2019 ont été une des questions soulevées par les journalistes lors de l’entretien qu’ils ont eu avec le chef de l’Etat, ce 31 décembre 2019.

« Nous avons remarqué comme tout le monde que beaucoup d’accidents ont été notés cette année. Ce n’est pas notre souhait mais je pense que le problème se situe à plusieurs niveaux.Il y a l’aspect humain et les routes », a indiqué Macky. « Il faut avoir l’habitude de rouler avec prudence même s’il faut faire des efforts pour avoir de bonnes routes », a ajouté le Président de la République qui a beaucoup insisté sur la prudence sur les routes. Surtout que certains chauffeurs détiennent le permis de conduire facilement, parfois sans aucune qualification.
L’article Macky Sall : « pourquoi il y a beaucoup d’accidents » est apparu en premier sur Dakarbuzz.

BaBacar Fall de la Rfm rectifie Macky Sall qui boude sa question ….

Le président Macky Sall a du mal à trouver une réponse adéquate à la question  du journaliste Babacar Fall, notamment sur la marche vers le palais et l’arrestation de Guy Marius Sagna et Cie.  

Sur la question sur le recul démocratique au Sénégal, le chef de l’Etat a juste fait savoir à Babacar Fall qu’il n’y répondra pas parce qu’en ayant déjà parlé.

Il faut savoir qu’au début, le journaliste de Sud Fm, Aliou Diarra, avait interpellé Macky Sall sur la loi Ousmane Ngom qu’il avait dénoncée en tant qu’opposant. Macky Sall a fait savoir qu’une démocratie est toujours normée. Et qu’il n’a jamais vu un pays où les gens marchent sur le palais de la république.

Recadrant le chef de l’Etat, Babacar Fall l’a interpellé sur l’arrestation abusive de Guy Marius Sagna qui, selon lui, est un recul démocratique. Le journaliste lui a rappelé également que son discours lors de l’élection de 2012, appelait même à faire ce que Guy Marius Sagna et Cie ont fait.

Macky Sall avait appelé, si le président à l’époque (Abdoualaye Wade) refusait les résultats provisoires du premier tour, de marcher devant le palais et l’en déloger.
L’article BaBacar Fall de la Rfm rectifie Macky Sall qui boude sa question …. est apparu en premier sur Dakarbuzz.

Macky Sall répond à Abdoul Mbaye : « S’il dit que je n’ai plus de vision… c’est qu’il est peut-être devenu aveugle… »

Le Chef de l’Etat a apporté une réponse brève à son ancien Premier ministre Abdoul Mbaye qui, en conférence de presse cette semaine, avait dénoncé « le manque de vision de son ancien patron ». Relancé sur la question par la journaliste Maïmouna Ndour Faye, lors du grand entretien avec la presse, après son discours à la Nation, le Président Macky Sall de faire dans la dérision.

« Lorsque que quelqu’un qui portait tes programmes et visions, qui les vendait partout, si un jour il déclare que je n’ai pas de vision, c’est peut-être parce que c’est lui qui est devenu aveugle », dira t-il dans l’hilarité générale. « Parce que la vision est de plus en plus améliorée. Et ce que les sénégalais pensent de ma politique m’importe le plus parce qu’ils m’ont réélu. Je ne les suivrai pas dans cette polémique » a-t-il réagi…

L’article Macky Sall répond à Abdoul Mbaye : « S’il dit que je n’ai plus de vision… c’est qu’il est peut-être devenu aveugle… » est apparu en premier sur Dakarbuzz.

Macky Sall : «Ceux qui veulent marcher peuvent le faire, mais… »

Face à la presse, le président de la République Macky  Sall s’est exprimé sur la répression des manifestations de l’opposition ou des mouvements citoyens réprimées par la police. Sur cette question qui fait débat, le chef de l’Etat a évoqué la sécurité publique et les risques de trouble à l’ordre public, sur des places où les manifestations sont interdites.

«Je n’ai aucun problème avec les marches. Ceux qui veulent organiser des manifestions sont libres de le faire. On est dans un pays de démocratie, mais la démocratie c’est aussi des lois et règlements. Et on ne peut pas autoriser des marches sur des lieux où les manifestations ne sont pas autorisées. Ou sur des places où il y’a des risques de trouble à l’ordre public, ou également sur des place fréquentées par d’autres Sénégalais qui n’ont rien à voir avec la marche. C’est une question  de sécurité.», a déclaré le chef de l’Etat.
L’article Macky Sall : «Ceux qui veulent marcher peuvent le faire, mais… » est apparu en premier sur Dakarbuzz.

Ousmane Sonko sur l’Eco: « Alassane Ouatara et Macky Sall ont volé la victoire…»

Pour la première fois, le leader de Pastef Ousmane Sonko se prononce sur la nouvelle monnaie Eco. Invité de Sen Tv a l’occasion de l’édition spéciale du 31 décembre, Sonko déclare que « Alassane Ouatara  et Macky Sall ont volé la victoire… L’Eco c’est la victoire des Sénégalais et des Africains conscients en l’occurrence Guy Marius Sagna, Kémi Séba etc. Au contraire au moment où les africains décrié le FCFA, Macky et Ouatara le défendaient rappelle-t-il.
L’article Ousmane Sonko sur l’Eco: « Alassane Ouatara et Macky Sall ont volé la victoire…» est apparu en premier sur Dakarbuzz.

Macky Sall sur l’électricité : « On ne pouvait pas éviter la hausse… »

Ceux qui espéraient une annonce de la baisse du prix de l’électricité, peuvent déchanter. Le chef de l’État, Macky Sall, a déclaré que ce n’est pas pour aujourd’hui. « On ne pouvait pas éviter cette hausse », a-t-il d’emblée souligné expliquant que la Senelec importe la matière première à un prix qui n’est pas fixé par le gouvernement sénégalais. « Le gouvernement a débloqué une enveloppe de 500 milliards francs Cfa en termes de subvention pour maîtriser cet équilibre. La Senelec ne peut pas continuer à fonctionner à perte », a-t-il notamment fait savoir au cours de son face-à-face avec les journalistes au palais. Justifiant cette hausse, Macky Sall a révélé qu’il faut à l’Etat du Sénégal « un coût d’investissement de 600 milliards pour permettre aux populations du monde rural d’accéder à l’électricité ». Mais, rassure-t-il, cette mesure ne concerne pas la tranche dite sociale évaluée à 611 mille abonnés.

L’article Macky Sall sur l’électricité : « On ne pouvait pas éviter la hausse… » est apparu en premier sur Dakarbuzz.

Ousmane Sonko : « Macky Sall a évité les questions qui fâchent »

 Invité à la Sen Tv pour discuter du discours à la Nation du Président de la république, Macky Sall, le leader du Pastef, Ousmane Sonko, a dit à l’entame de son propos que « Macky Sall a évité de parler des sujets qui fâchent. Il y a notamment le sujet sur les transports qui pose problème avec les chantiers du Ter. Il y a aussi le volet hydraulique. Les sujets sur l’éducation et la formation ont été évités alors que c’est des secteurs à problème », dit-il.

Ousmane Sonko est également largement revenu sur les problèmes de l’électricité au Sénégal. Pour le Président du Pastef, « le Président n’a pas respecté ses engagements sur l’électricité pris pendant la campagne électorale ». « Ceci est dû a une incompétence de l’Etat dans ce secteur », ajoute-t-il.  « Avec tout le gaz que produit le Sénégal, les problèmes de l’électricité devraient être réglés, mais ce gaz est exploité par un américain et il y a des intérêts occultes dans cette exploitation », dénonce-t-il.

Selon lui, le Sénégal n’a pas de « politique énergétique. Ce n’est pas normal que le Sénégal soit le pays le plus cher en matière d’électricité en Afrique de l’Ouest. L’Etat a failli », conclut-il.

L’article Ousmane Sonko : « Macky Sall a évité les questions qui fâchent » est apparu en premier sur Dakarbuzz.

DMédia sur la décision du Cnra : «C’est une façon de museler notre groupe… »

Suite à la décision du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (Cnra) de suspendre les programmes de la Sen Tv du 31 décembre à minuit au 07 janvier 2019,  le groupe DMedia a sorti un communiqué dans lequel il informe que « tout le personnel de la Sen Tv sera en chômage technique durant cette période de suspension ».

Pour le groupe de Bougane Guèye Dani, « cette décision est une façon de museler le groupe DMedia dont la ligne éditoriale dérange les tenants du pouvoir ».

DMédia pense que cette décision fait suite « à la décision de la Sen Tv de refuser de diffuser le temps d’antenne acheté par Macky Sall pour sa conférence de presse ».

D-Media informe aussi que, pour ce qui concerne la diffusion des publicités de produits de dépigmentation,  « une correspondance a été adressé au Cnra pour qu’il lui donne le temps de résilier les contrats avec les sponsors afin d’éviter que ces derniers poursuivent en justice » contre le groupe de presse.

DMédia voit en cette décision du Cnra « une politique de deux poids, deux mesures » et promet « d’user de tous les moyens pour combattre cette injustice ».
L’article DMédia sur la décision du Cnra : «C’est une façon de museler notre groupe… » est apparu en premier sur Dakarbuzz.