( 09 Photos ) Alstom envoie une rame du TER, arrivée à Dakar le 12 novembre

Suite à l’achèvement de la production et des essais sur site, la première des 15 rames des trains régionaux Coradia Polyvalent destinés au Sénégal est partie ce lundi matin du site Alstom de Reichshoffen.
Ce premier train, qui sera transporté par convoi routier exceptionnel jusqu’au port du Havre, sera chargé à bord de la « Grande Angola » et arrivera au port de Dakar le 12 novembre prochain. Les bogies et les voitures seront assemblés sur le site de maintenance du matériel roulant du dépôt de Colobane, non loin de la capitale, avant le lancement des essais statiques et dynamiques.
?Quinze trains qui aideront grandement à satisfaire la demande de mobilité en pleine croissance à Dakar.

MASSACRE DE 2005 : « Yahya Jammeh Enterrait Ses Victimes Au Sénégal »

Après la chute de Yahya Jammeh le 21 janvier 2017, les victimes de son régime ne sont prêtes à enterrer la hache de guerre. En ce sens, elles vont faire face à la presse, ce mercredi 24 octobre 2018, au restaurant Good Rade à Dakar, dans le cadre de la campagne #JAMMEH2JUSTICE.
Selon le collectif des victimes, en 2005, Jammeh avait perpétré un massacre de plus de 50 migrants, parmi lesquels se trouvaient principalement des Ghanéens, mais aussi deux Sénégalais, des Nigérians, des Togolais, des Ivoiriens et un Gambien. Les victimes appellent ainsi le Ghana à ouvrir une enquête sur la base de ce qui a été fourni comme élément.
Dans le communiqué reçu à Emedia.sn, il est indiqué que le gouvernement gambien s’est engagé à collaborer. La conférence de presse prévue ce mercredi se fera en présence de l’Ong Human Rights Watch, du Ghanéen Martin Kyere qui est l’unique survivant connu du massacre de 2005 et d’autres membres des familles des victimes.
Selon un rapport des ONG Human Rights Watch et TRIAL International, les migrants ont été tués par les « Junglers », une sorte d’escadron de la mort alors à la disposition de l’ex-Président Jammeh. A en croire les deux organisations, « les victimes ont été abattues et enterrées en Casamance au Sénégal, à la frontière avec Kanilaï », le fief de l’ancien Président. D’autres victimes, dont deux membres de la famille Jammeh ainsi que cinq officiers accusés d’avoir fomenté une tentative de coup d’Etat auraient également été enterré dans cet endroit.

Emedia.sn

Vidéo : les premières images du TER

Bientôt le projet portant sur le Train Express Régional (TER) sera fonctionnel. Le chantier du TER a été lancé par le chef de l’Etat Macky Sall. Sa construction s’inscrit dans le cadre du “Plan Sénégal Émergent”. L’inauguration est prévue en Janvier 2019.

Video TOUBA: Cheikh Bass corrige les femmes Apéristes « Si ce n’était pas Madame le ministre, je vous aurais expulsé de la salle…

SERIGNE BASS CORRIGE LES FEMMES POLITICIENNES : « Si ce n’était pas Madame le ministre, je vous aurais expulsé de la salle… Si vous voulez célébrer, faites-le ailleurs »

Quand Serigne Cheikh Bassirou Mbacké Abdou Khadre veut se faire entendre, il sait le faire et les mots pour le faire arrivent aisément. En recevant Madame Ndèye Saly Dieng, ministre de la femme, le porte-parole du Khalife Général des Mourides a été surpris de voir les femmes politiciennes, de l’Apr principalement, jubiler et s’adonner à des applaudissements fort nourris. Un comportement qui a eu le don de le mettre visiblement en colère. Sans hésiter, le guide spirituel de Guédé sortira le bâton.
 » À l’intention de celles qui applaudissaient, je vous recommande que cela ne vous arrive plus. Ici à Touba, nous n’avons pas cette habitude de célébration. Cette manière de procéder est le propre des manifestations politiques. C’est comme disait Serigne Modou Bousso Dieng, il ne s’agit point de congrès ici, surtout en ces lieux où on est certain d’avoir Serigne Touba en face. Par conséquent, que ceux qui voudraient célébrer leur plaisir aillent le faire ailleurs où le fassent ici de façon appropriée. »
Sans fléchir, il poursuit.  » Quiconque se mettrait à le refaire, nous serions obligés de l’expulser. Les fils e Serigne Touba ne recevaient ici que ceux à qui ils vouaient beaucoup de respect. Nous savons que madame le ministre ne se serait jamais mis à le faire. Elle fait partie de la famille et elle sait comment se comporter en pareil milieu.  »
La rencontre s’est terminée avec une séance de prières formulée à l’endroit de toute la délégation.